Les sites du groupe Info6TM

Les moments les plus drôles de ma vie d'ASV

Crédit photo @ Studioanna, Anna Camerac
Dans notre métier, il n’y a heureusement pas que des moments tristes, il y a aussi ces moments de flottement qui nous font du bien. Avec les collègues ou même les clients, des sourires échangés, de la gentillesse, notre compassion et notre solidarité dans les épreuves, autant de choses qui rendent notre espace de travail agréable.

Et parmi eux, il y a ces moments qui sortent du lot, que nous retenons parce qu’ils nous auront fait rire dans notre journée, et ce sont ces moments que des ASV partagent avec nous.

" Branle-bas de combat "

C’était un vendredi en fin de journée, Bilou, un golden retriever âgé, a eu la malencontreuse idée de faire ses besoins pendant sa séance d’hydrothérapie. On s’est précipité vers les épuisettes, mais la consistance des selles a fait qu’elles se sont dispersées immédiatement dans l’eau. Imaginez-vous, un chien de 30kg dans un mètre cube d’eau plein de selles désagrégées…. Je sonne le branle-bas de combat et tout le monde se précipite pour m’aider à sortir le chien du bassin et à vider l’eau. La gentille propriétaire, toute penaude, se met dans un coin de la salle sans savoir quoi faire. Ma collègue, très professionnelle, la raccompagne gentiment vers l’accueil. Nous nous organisons à 3 ASV et 1 vétérinaire, chacun dans son rôle, pour remettre l’appareil en marche. Nettoyer les filtres, le tapis, le bassin, le réservoir… Je me suis ainsi retrouvée très rapidement pieds nus, dans la courette, dehors sous la pluie avec le jet d’eau à nettoyer le tapis plein de caca… Je voyais mon vernis à ongles s’écailler lamentablement au fur et à mesure…

Comme chacun savait ce qu’il avait à faire, nous avons avancé très vite et dans la bonne humeur, une vraie aventure ! Qu’est-ce qu’on a pu rigoler, c’est le cas encore aujourd’hui en se remémorant ce grand moment ! Une fois le chantier terminé, j’ai finalement pu aller me laver dans la douche à l’étage avec du Douxo care !

Conclusion : c’est très agréable de travailler en équipe quand il y a une vraie cohésion et on en garde tous un très bon souvenir  !

Lisa, Clinique vétérinaire Argos – Rozérieulles

" L’apprentissage de la vidange des glandes anales "

Dans un moment de partage de connaissances, la vétérinaire me montrait où se situent les glandes anales sur un chien et comment les vidanger car elles étaient bien remplies. Au moment de vidanger, elle s’est mise juste derrière le chien et au moment de presser, le jus de glandes lui a explosé en plein visage et jusque dans la bouche. Malgré mon empathie, ça a été un fou rire incontrôlable et vivifiant, surtout quand on connaît l’odeur très prenante dégagée par les glandes anales lors d’une vidange. 

Lucile, Clinique vétérinaire Argos – Paris Paradis

" L’octodon perdu "

Je travaille dans un CHV en service NAC. Une nuit, des gens nous ont ramené un  " octodon perdu " qu’ils ont trouvé en ville, afin qu’il ne passe pas la nuit dehors. L’interne de canine de garde ce soir-là a donc pris cet octodon et l’a bien installé au chaud en hospitalisation NAC. Le lendemain matin quand ma collègue est arrivée, elle a soulevé la petite serviette devant la cage (mise pour qu’il ne stresse pas trop) et quelle ne fut pas sa surprise de découvrir que c’était un énorme rat de ville que les gens avaient apporté. Mal en point lors de son arrivée donc pas agressif, mais après sa nuit au chaud avec de la nourriture il était beaucoup plus en forme… 

Blanche, Clinique vétérinaire chez FauneVet - Nantes

" Ces petits moments légers qui nous font rire au quotidien "

Tout frais de ce matin. Un chat de ferme à stériliser. Les propriétaires la présentent comme une femelle. Ça commence bien, elle sort de sa cage, en furie, et décide de refaire la décoration de la salle de consultation en sautant partout. Visiblement, elle était pour une décoration plus épurée et n'aimait pas ce qu'il y avait sur les étagères ! Rattrapée in extremis, elle est remise dans sa cage sans pouvoir être examinée. Une fois anesthésiée, la voilà beaucoup plus calme, ma collègue la pose sur la table de chirurgie et commence à lui tondre le ventre afin de la préparer pour son ovariectomie, mais que vois-je en passant à côté ?!! Une belle petite paire de testicules !

Et sur le même thème, la semaine dernière, nous avons castré Sébastien un chat roux et blanc. Sébastien, c'est aussi le prénom de notre patron, qui, même s'il se dégarnit avec l'âge est roux (et blanc). 

Maud, Clinique vétérinaire AniCura LorraineVet

" Une histoire de dose "

Des anecdotes amusantes nous arrivent régulièrement, mais certaines laissent une impression plus marquante. Il y a environ dix ans, je me souviens d'une cliente qui nous a contactés après une prescription de la Docteure. Elle devait diviser le contenu d'une gélule en trois parties et donner seulement un tiers par rapport au poids de son chat. La Docteure lui avait expliqué de le faire à l'œil nu en traçant une ligne avec le contenu et en la divisant par trois. Cependant, la cliente, désireuse de faire au mieux, a compté le nombre de microcapsules contenues dans une gélule, soit 250, ce qui n'était pas un multiple de trois ! Elle nous a donc appelés pour savoir quel arrondi elle devait choisir avant de l’administrer à son chat. Je me rappelle avoir transmis le message à la Docteure qui n'avait pas envisagé que la cliente prendrait la peine de compter les microcapsules contenues dans une gélule et nous avons trouvé la situation amusante en imaginant notre cliente passer un temps infini à compter ses microcapsules et n’arrivant pas à conclure combien elle devait en donner, car ce n’était pas un multiple de 3 ! Cette situation nous a marquées et on en sourit encore lorsque l’on explique cette situation à nos jeunes collègues, mais elle nous a permis également de réaliser que la communication n'est pas toujours aussi claire qu'on le pense et que la communication sur les prescriptions est importante.

Julie, La clinique bleue – Lamorlaye


Pour ma part, je n’ai pas réussi à m’arrêter sur un seul souvenir en 6 ans d’exercice, simplement parce que j’ai partagé de super moments avec plein de personnes différentes, autant de collègues devenus des amis que des clients qui aujourd’hui connaissent même le prénom de mon fils. Un vétérinaire m’a dit un jour qu’on se créait nous-même l’environnement dans lequel on souhaitait travailler et je trouve cette phrase juste. Travailler dans la joie et la bonne humeur, chaque jour, est plus sympa et nous aide à faire face aux moments difficiles que nous pouvons vivre.

 

Audrey Asselin,
Auxiliaire Spécialisée Vétérinaire

 

La Rédaction vous conseille

 

La newsletter qui décrypte le monde vétérinaire autrement

Pour les ASV curieux qui n'ont pas le temps de l'être : tous les mois, des articles, des histoires, des jobs et des conseils qui donnent le sourire.

Bien-être au Travail ASV

Presse ASV

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15